RRSpsy

5èmes RRSpsy - Discours du Directeur Général de l'ARS

En ouverture des 5èmes Rencontres de la Recherche en Soins en Psychiatrie, nous avions l'honneur de recevoir le Docteur Jean-Yves GRALL, Directeur de l'Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes.

Voici son discours d'ouverture. ( Seul le prononcé fait foi)

Monsieur le Maire,
Monsieur le Directeur,
Mesdames, Messieurs,

C’est avec un réel honneur en tant que Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes, mais aussi en tant que médecin que je viens ouvrir ces rencontres de la recherche en soins en psychiatrie organisées pour la 5e fois par le centre hospitalier de Saint Cyr au Mont d’or.

Ces journées sont pleinement reconnues dans leur utilité, que ce soit dans notre région, mais aussi au niveau national et au-delà de nos frontières. C’est pour cela que l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes a souhaité participer au financement de ces journées 2019.

D’autre part, ce n’est pas sans raison que le Groupe de Recherche en Soins Infirmiers (GRSI), porté par monsieur Lanquetin, est maintenant partie prenante à la fois de la coordination nationale des dispositifs régionaux de recherche clinique en psychiatrie et du comité de pilotage national de la psychiatrie.

Je crois savoir que le nombre limité d’inscriptions à ces rencontres fixé à 200 participants n’a pas permis d’accueillir toutes les personnes qui l’ont demandé, que le nombre d’établissements psychiatriques participants (55 en 2018) augmente chaque année et que le rayonnement international de ces journées croît lui aussi au fil du temps.

Je souhaite d’ailleurs saluer et remercier tout particulièrement les intervenants de la Suisse (Lausanne), du Canada (Ottawa), de Belgique (Mons) qui vont enrichir ces journées de leurs propres connaissances, de leurs expériences et de leurs pratiques. La dimension francophone de vos rencontres s’affirme puisque nous avions déjà eu le plaisir d’accueillir des représentants de la Suisse, de la Belgique, du Luxembourg et que le Maroc sera lui aussi représenté cette année.

Comme je le disais, ces journées s’intègrent complètement dans les orientations de la politique nationale comme dans celles de notre politique régionale.

La stratégie nationale de santé 2018-2022 préconise de soutenir la recherche et l’innovation. Et il y a encore quelques jours, Madame la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, confirmait le renforcement des moyens humains et financiers qui vont permettre cette année de renforcer la mise en oeuvre de la stratégie psychiatrie et santé mentale.

Comme elle l’a annoncé, 50 M€ supplémentaires dédiés à la psychiatrie annoncés en 2018 sont sanctuarisés et permettront désormais chaque année de consolider les moyens des établissements et services en psychiatrie. Ils s‘ajoutent en 2019 aux 64 M€ issus des crédits dégelés exceptionnellement dans leur intégralité en décembre 2018. 40 M€ seront également mobilisés cette année pour mener à bien les 37 actions de la feuille de route psychiatrie et santé mentale. Enfin, 10 M€ supplémentaires permettront la création d’un fonds d’innovation organisationnelle en psychiatrie. Elle a par ailleurs annoncé la création d’une formation d’infirmiers de pratiques avancées en psychiatrie qui débutera en septembre 2019.

Dans ce cadre, il est fait état que la recherche en santé publique, notamment interventionnelle, n’est pas suffisamment développée, et ce d’autant plus que ce type de recherche a un impact social important. Il est ainsi préconisé de développer une recherche multidisciplinaire, incluant les sciences humaines et sociales, contextualisée et participative.
Or, c’est justement ce type de recherches que vos journées mettent en exergue le plus souvent. Les thèmes abordés cette année, et je ne pourrais les citer tous, comme l’intervention brève et précoce auprès des proches aidants, l’engagement des infirmiers des services d’accueil aux urgences dans la prise en charge des patients présentant des troubles psychiatriques, l’impact du plan de crise conjoint sur la durée des mesures d’isolement, le processus d’éducation thérapeutique du patient, la contenance soignante en UMD sont ancrés dans la réalité clinique et correspondent à de vraies problématiques concernant la prise en charge des patients présentant des troubles psychiatriques.

Dans un contexte qualifié de difficile pour la psychiatrie où la démographie des psychiatres est défavorable et où il convient de modifier certaines pratiques, il semble important de développer nos capacités à tirer tous les enseignements utiles de l’expérience acquise sur le terrain grâce à la recherche interventionnelle et aux évaluations.

Les pratiques infirmières sont primordiales et c’est à ce titre qu’elles ont besoin de se conforter en s’évaluant. Les infirmiers ont, de fait, un rôle très spécifique auprès des patients présentant des troubles psychiatriques et pris en charge par les établissements de santé.

De plus comme l’indique le Projet régional de santé Auvergne-Rhône-Alpes 2018/2028, la recherche doit permettre une évolution des connaissances, mais aussi de mieux répondre aux attentes des acteurs professionnels et des usagers. Nous avons donc considéré dans ce document qu’il fallait que l’ARS établisse « des liens privilégiés avec les acteurs scientifiques de la région afin de réaliser une veille sur les innovations les plus probantes qui seront à intégrer dans l’offre régionale ». Cela représentera une aide complémentaire à la décision de l’Agence pour orienter la politique régionale.

La dynamique, créée dans notre région depuis quelques années, sur la recherche en soins en psychiatrie commence à porter réellement ses fruits. Le réseau de chercheurs en soin en psychiatrie qui s’est développé arrive à maturité et les premières recherches commencent à produire des résultats probants.

Selon le bilan fait par le GRSI, 23 des dernières lettres d’intention aux Programmes hospitaliers de Recherche Infirmière et Paramédicale (PHRIP) sur les 152 retenues concernent le champ de la psychiatrie et cela représente un réel progrès.

Rien que sur notre région, on pouvait comptabiliser fin 2018, 2 programmes de recherche (PHRIP), 5 lettres d’intention, 9 recherches sur site et 1 recherche de 3e cycle.

D’autre part, 5 établissements autorisés en psychiatrie sont engagés dans une véritable dynamique de recherche et 2 autres établissements se lancent à leur suite.

Echanger sur ses pratiques en psychiatrie, les évaluer notamment par la recherche et les réorienter si besoin est un gage de qualité de prise en charge pour les patients.

Je ne peux que vous inciter à poursuivre sur cette voie qui doit nous permettre d'avoir le bon patient, au bon endroit, pour la bonne prise en charge.

Je vous souhaite une bonne journée.

Dr Jean-Yves Grall
AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ AUVERGNE-RHÔNE-ALPES
241 rue Garibaldi - CS 93383 - 69418 Lyon cedex 03
04 72 34 74 00 - www.auvergne-rhone-alpes.ars.sante.fr

Vous n'avez pas l'autorisation d'écrire un commentaire. Identifiez vous !

Suivez-nous

Inscrivez vous à la Newsletter

Recevez régulièrement des informations sur la recherche en soins

Social & newsletter

© 2019 La Recherche en Soins en Psychiatrie. All Rights Reserved.Design & Development by Joomshaper

Search